Le Forum des Maîtres de l'Univers

Eternia Antique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les émissions jeunesses des années 80

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
barbarian
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 1657
Localisation : ouest
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Les émissions jeunesses des années 80   2014-09-24, 08:18

Le Prince Adam a écrit:
suite au superbe dossier de notre membre Kissfan sur la flore fantastique d'eternia (ici : http://princeadam.forumculture.net/t2169-retour-sur-la-flore-fantastique-d-eternia )

je déplace un sujet/débat intéressant qui s’éloignait du sujet principal, étant également intéressant, ces divers réflexions ont leur place sur notre forum, et nous pouvons donc en discuter sans limite ici
study

On remarquera que les sujets dits "sociaux" sont particulièrement présents dans les séries de Filmation, même dans un univers aussi éloigné qu'Eternia.

Chaque série a son épisode "prévention contre l'usage de drogue". Bravestarr, Les Maîtres de l'univers, T'as le bonjour d'Albert (dés le début des années 70), etc...

http://www.planete-jeunesse.com/fiche-330-t-as-l-bonjour-d-albert.html

 He-man le héros du futur, où Flipshot et Hydron ne se lassent pas de vous rappeler que :

- La drogue c'est mal 


L'image d' Evilseed en train de mourir me remémore une anecdote que j'avais visionné dans les bonus des DVD US, mais impossible de remettre la main dessus ! Du coup je ne suis plus certain de ce que je t'ai dit l'autre jour Kissfan. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acrimed.org/
KissFan
Roi d'Eternia
Roi d'Eternia


Nombre de messages : 1408
Age : 38
Date d'inscription : 05/09/2012

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-09-24, 18:12

Oui, lorsqu'on avait échangé sur le sujet, tu m'avais dit que le psychologue qui visionnait les épisodes avant diffusion, avait émis un "bémol" quant à la mort d'Evilseed, il est vrai assez trash ...
Mais pas grave, en France, il n'a traumatisé personne car cet épisode fait parti des inédits doublés au début des années 2000, seule une adaptation en BD a été publiée à l'époque ...
Chacun son "traumatisme" lié aux programmes jeunesse d'époque. Concernant les Maîtres de l'Univers, c'est davantage la révélation du vrai visage de Lord Todd qui m'avait secouée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
barbarian
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 1657
Localisation : ouest
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-09-25, 12:48



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acrimed.org/
KissFan
Roi d'Eternia
Roi d'Eternia


Nombre de messages : 1408
Age : 38
Date d'inscription : 05/09/2012

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-09-25, 19:22

Et malgré ça, beaucoup considèrent quand même le double épisode "L'antre de Shokoti" comme l'épisode le plus angoissant de la série!! A l'échelle d'un épisode tout entier peut-être, c'est même sûrement vrai, mais si l'on cible juste une séquence précise, pour moi, Lord Todd détient la palme du moment le plus stressant avec cet effet de surprise qui relève de l'électrochoc!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-04, 05:04

L'aspect moralisateur visible dans les œuvres Filmation notamment est un concept très récurrent dans les années 80. On retrouvait également ces "mises en garde" à la fin des épisodes de M.A.S.K, l'Inspecteur Gadget etc... Un conseil de qualité et d'éthique audiovisuelle composé entre autres de psychologues mais aussi d'enseignants et de personnalités politiques était effectivement mis en place pour jauger le degrés d'acceptabilité en terme de morale dans les épisodes des D.A et séries à la fois aux U.S mais aussi en France.

Je me souviens en 2009 avoir retrouvé Bernard Minet à Paris pour les 30 ans des magasins La Baguetterie. Nous avions discutés un moment autour d'un bon gâteau lol. Il m'avait confié, entre autre, que le gouvernement alors en place dans les années 80 jusqu'au milieu 90 faisait une pression toute particulière sur le Club Dorothée via le ministère de la culture et de la jeunesse: Chaque épisode des dessins animés comportait des copies systématiquement envoyées à un organisme de contrôle qui abusait bien au delà de la limite de son pouvoir de censure. Egalement lorsque les génériques français des dessins animés étaient enregistrés (en grande partie par Bernard), certains mots étaient carrément interdits au risque de ne pas voir l'enregistrement autorisé à la vente. Ainsi le terme "Guerre" par exemple était très peu toléré en France.

Aujourd'hui je me dis que cette ère qualifiée à l'époque de "décadence et de violence télévisuelle" me semble particulièrement douce comparée à ce que nous voyons actuellement. Mais ou sont donc passés ces conseils d'éthique et de morale...?!
Revenir en haut Aller en bas
MOTU7PR7
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 4019
Age : 39
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-04, 09:19


L'un des dessins animés ( sans doute ) les plus censurés à l'époque semble bien être les chevaliers du zodiaque .
Tout ceux qui ont la version ( japonaise ) originale sous titrée ( en français ou en anglais ) ne me contrediront pas ... ( scènes coupées car jugées trop violentes , traduction éloignée de l'original , sans oublier tous les mots grossiers ou incitant à la violence qui ont été tout simplement supprimés ou modifiés en employant des synonymes moins " crus " ) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KissFan
Roi d'Eternia
Roi d'Eternia


Nombre de messages : 1408
Age : 38
Date d'inscription : 05/09/2012

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-04, 11:15

Comparativement, et à chaque fois remis en contexte de mon âge à l'époque (1984 pour les Maîtres de l'Univers, et 1987 ou 1988, j'ai un doute, pour les Chevaliers du Zodiaque), j'ai été bien plus secoué par la révélation du faciès de Lord Todd dont l'image m'est toujours restée, que par le déferlement de violence des Chevaliers du Zodiaque.

Dans les Chevaliers du Zodiaque, seul le dialogue du Grand Pope avec ... lui même (à l'issue de l'affrontement contre Andromède dans la Maison des Gémeaux) m'avait fait un peu frissonner.
Par contre, les coups et les giclées de sang ... rien, ni chaud, ni froid, pas même dans les premiers épisodes qui sont pourtant les plus violents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouleuvre Khan
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : marécage de Tar
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-04, 11:16

Les cartoons américains du samedi vs. la japanimation. Un vrai choc des cultures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
barbarian
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 1657
Localisation : ouest
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-05, 09:42

Certains animes n'avaient rien à faire dans des émissions jeunesses. Aucun gamin entre 5 et 8 ans ne peut comprendre la portée d'une série comme Ken le survivant. La plupart des mangas de notre jeunesse nécessitaient un minimum de maturité pour apprécier des histoires qui se développaient sur une soixantaine voir une centaine d'épisodes (Juliette je t'aime, chevaliers du zodiaque, ranma 1/2, Nicky Larson, Cobra, Dragon Ball Z,etc...) même Tom Sawyer pourtant une histoire destiné aux enfants, diffusait un sentiment de peur grâce au terrible Joe l'indien! 

Les dessins animés américains post Motu étaient surtout là pour vendre du jouets : Mask, cosmocats, Gi Joe, Silverhawks, Le sourire du dragon ( pour vendre du jouet et préparer les rôlistes de demain), etc...

Si le club Do était sous surveillance c'est aussi parce qu'ils importaient n'importe quoi sans savoir à quel public c'était destiné. 

La France et ses préjugés: "c'est un dessin animé donc c'est pour les gamin" ou comme "les jeux de rôle et l'heroic fantasy c'est un truc pour les petits fachos" (dixit les érudits du nouvel obs à une époque, quand Bernard Werber y bossait), ne comprenait rien à ces séries à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acrimed.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-05, 15:39

Ca n'est pas une question de "portée" je pense Barbarian, mais de morale et d'éthique. Lorsque j'ai lu Manon des sources et Jean de Florette à l'école primaire, j'étais à milles lieues à mon jeune âge de prendre conscience de l'ampleur d'une telle œuvre. Je comprenais l'histoire pour parler vulgairement mais aucunement les notions humaines, philosophiques ou encore morales qui découlaient des livres. Pour autant j'ai grandement apprécié, un de mes plus beaux souvenirs de lecture.

Le problème de fond est surtout un combat mené par le gouvernement qui n'était pas au bon endroit. Le résultat est à constater aujourd'hui partout (surtout dans l'éducation nationale ou j'ai pu y relever un bon nombre de choses en 4 ans). Ce n'est pas Ken le Survivant ni le Club Do qui sont les coupables :) De plus je trouve, puisque tu le cites en exemple, que ce dessin animé, certes violent, est rempli de morale (si je me lance je fais 200 lignes :p). Ne pas confondre moral/immoral et violent.
Je pense effectivement qu'avec un cahier des charges important en terme d'heures de diffusion, le Club Do a pris un peu tout ce qui se présentait. Pour autant je rigole doucement lorsque je vois de manière accidentelle certains programmes de télé réalité aujourd'hui. Le mot indigent serait faible.

Quand au raccourci jeu de rôle = jeu fascisant, je te rejoints à 100%. Cela ne m'étonne pas au fond venant d'un journal comme le nouvel Obs, il y aurait tant à dire dessus... Des gens qui s'autoproclament "bien pensant" et juges de tout avec une objectivité innée, car ils sont de la capitale. J'aimerais un jour pouvoir discuter avec ce genres d'individus histoire de leurs démontrer certaines choses study
Revenir en haut Aller en bas
kenkaille
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 212
Age : 40
Localisation : Eternia
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-06, 07:55

Nicko a écrit:
J'aimerais un jour pouvoir discuter avec ce genres d'individus histoire de leurs démontrer certaines choses study

Malheureusement, c'est de la politique donc une croyance et on ne démontre rien à un croyant.

Pour ce qui est de la violence, il y a une différence entre la violence gratuite et celle qui sert justement à démontrer quelque chose.

Que serait Goldorak sans les scènes fixes de destruction d'Euphor ? Quelle dénonciation des violences de la guerre si on supprime ces scènes où l'on voit des femmes et des enfants être anéanti par des machines de guerre ?
Personnellement, ce dessin animé a été ma première confrontation à la guerre. A l'époque, je n'étais pas capable de comprendre la psychologie d'Actarus : pacifiste ayant vu les limites du pacifisme face à un empire expansionniste.

J'opposerai personnellement des dessins animés comme Goldorak ou même Ken le survivant (que je n'ai pas aimé car trop violent et pas vraiment regardé) à des dessins animés comme Dragon Ball Z, dans les premiers la violence sert un sujet et apporte à l'atmosphère de l'oeuvre dans Dragon Ball Z, la violence est le sujet et n'apporte rien, il n'y a aucune histoire, c'est juste une sorte de « Beat'em all » animé avec la limite intellectuel du modèle du jeu vidéo. A noter que si on enlève la pschycologie (et quand même l'histoire) à Goldorak et il devient alors lui aussi un « Beat'em all ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
barbarian
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 1657
Localisation : ouest
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-06, 09:51

Nicko a écrit:
Ca n'est pas une question de "portée" je pense Barbarian, mais de morale et d'éthique. Lorsque j'ai lu Manon des sources et Jean de Florette à l'école primaire, j'étais à milles lieues à mon jeune âge de prendre conscience de l'ampleur d'une telle œuvre. Je comprenais l'histoire pour parler vulgairement mais aucunement les notions humaines, philosophiques ou encore morales qui découlaient des livres. Pour autant j'ai grandement apprécié, un de mes plus beaux souvenirs de lecture.

Je parle de la portée d'une série comme Ken le survivant, mais l'argument de mon message, c'est la maturité. L'oeuvre de Marcel Pagnol ne décrit pas des gerbes de sangs, des humains écrasés par des punks mutants post nucléaire débiles, où des combats aux techniques meurtrières entre maître en arts martiaux. 

J'adore Hokuto no Ken, gamin, quand je regardais, je me souviens avoir été marqué par les situations où ken se fait saigner par certains lieutenants de l'armée de Raoh. Enfant on comprend bien évidemment que Ken est le héros et que les "méchants" sont... trop méchants par rapport à d'autres animes.

Evidemment que l'oeuvre Hokuto no Ken est morale dans son ensemble, la plupart des maîtres en arts martiaux ont des raisons et motivations personnels qui justifient leurs agissements, Ken est "le sauveur" héros mythologique post apocalyptique. Mais la plupart des punks débiles sont violents parce que ça les amuse. Et c'est à ce moment là que la série ne doit pas être vu par n'importe qui, à n'importe quel âge. Regarder un épisode au hasard, et c'est comme ça que nous les regardions à l'époque en tant qu'enfant, n'est pas franchement conseillé.


 Les chevaliers du zodiaque, c'est violent, mais cela reste une histoire de chevaliers où personne ne s'amuse avec la vie humaine comme dans Ken.

Je suis certain que Damien ne mettrait pas son fils devant cette série avant qu'il soit ado.

La maturité c'est aussi d'ailleurs la question de ton message, plus que l'éthique et la morale. Quelqu'un de mature, adulte/ado, intelligent, peut lire ou regarder n'importes quelles oeuvres morales, ou immorales, puisqu'il a les outils intellectuels pour comprendre ,discerner et interpréter le contenu.

AB productions est coupable d'avoir fait diffuser des animes sans savoir à qui ils étaient destinés, il suffisait pourtant d'un peu de communication avec nos amis japonais pour comprendre que chez eux les "dessins animé" ont tous leur cible, enfant, ado, adulte, féminin masculin. L'incompréhension des parents et des politiques à l'époque était justifié, seulement pour eux ces animes étaient débiles et abrutissants voir nazi et c'est là que je suis en désaccord. D'ailleurs ces imbéciles pensaient que "Candy" c'était français Rolling Eyes

 Aujourd'hui, la télé réalité est diffusé en toute connaissance de cause : abrutir les gens. Le CSA, les politiques et les parents ne protestent pas devant ça. Il faut du "temps de cerveau disponible" pour faire vendre toute la merde vantée par les publicités, c'est de ça que vive les chaînes TV. 
D'ailleurs quand les travailleurs et travailleuses rentrent chez eux le soir après le boulot, ils ne veulent pas réfléchir, juste se lobotomiser le cerveau devant ça. On a la télé qu'on mérite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acrimed.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-06, 12:32

Merci pour le débat , je laisse place libre au topic sur la Flore de Pascal que je ne voudrais pas surcharger Je vous invite continuer la discussion en MP si vous le souhaitez :)


le prince adam a écrit:
plus besoin, voici un topic rien que pour cela...
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 3274
Age : 41
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-06, 16:13

Non continuez, c'est intéressant, on déplacera la discussion dans un nouveau topic.

_________________

Signez la pétition pour soutenir la production de Snake Mountain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.latourdesheros.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-06, 19:55

Ah très bien :) je ne voulais pas polluer le superbe dossier de Pascal avec nos petites masturbations intellectuelles sur le Club Dorothée et les dessins animés des années 80 lol!

C'est pour cela que j'essaye de décrocher de cet univers en me dirigeant vers des thèmes comme l'éthique, la morale etc... Je remercie d'ailleurs Kenkaille pour son intervention sur la Politique et la Violence, j'y reviendrai après study

Je vais essayer de synthétiser, peut- être me suis - je mal exprimé, çà me semblait pourtant clair :)

@ Barbarian: Je dis deux choses:

- 1 le problème de fond n'est pas lié à la capacité de l'audit à traduire ou analyser l'information. D'où mon exemple sur l'œuvre de Pagnol qui, je le pensais, aurait été compris. L'oeuvre est violente, je l'ai lu à 8 ans. Avais - je la capacité d'analyse? non: la violence ne se limite pas à du sang, un univers post apocalyptique ou encore une tête qui éclate. Elle peut être bien plus subtile, un peu comme mon propos. Rémi sans famille est par exemple beaucoup plus violent que Ken le Survivant à mon sens (je vous conseille le livre!). Dans les deux cas, peu importe l'audit, la question de fond, le terreau de la réflexion est: Moralement et en terme d'éthique, l'œuvre est - elle acceptable? "A quel âge suis - je apte à comprendre ce qui se passe" n'est pas le questionnement de fond. Pourquoi? parce qu'aucun âge n'est prescrit de manière précise et définitive. Les signes PEGI d'aujourd'hui servent de palliatifs et étayent parfaitement ce que je viens de dire. Je ne peux pas être plus clair.

- 2 je dis que le gouvernement des années 80/90 a mené un combat déraisonné et très mal ciblé sur un problème extrêmement mineur. La culture Japonaise comporte une partie de Sadomasochisme visible dans différentes œuvres littéraires et surtout cinématographiques. Encore aujourd'hui des émissions montrent des gens se faire recouvrir d'insectes etc... Donc oui les mangas et dessins animés issus de l'univers Nippon sont violents: c'est culturel. En substance, est ce que le degrés de violence est tel au point que le gouvernement intervienne? je pense clairement que non. Factuellement ca peut être discutable je veut bien l'accepter. Ce qui n'est pas acceptable c'est un ministère avec un budget qui analyse des dessins animés comme si un risque tragique existait alors que l'éducation tombe en décrépitude, voir devient même mortifère. Je suis assez clair je pense?

J'essaye d'aller modestement sur des thématiques de fonds et de ne pas centrer les choses sur les dessins animés eux même, vous m'aurez compris Wink


@ Kenkaille: je cite "La politique est une croyance".
Tu confonds idéologie, croire en ses idées et l'organisation d'une société. Historiquement tu as déjà la réponse: la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Ce sont deux choses bien distinctes dans le processus. La politique au sens large, et qui pourrait donc s'appliquer à une entreprise, est le fait d'organiser une action à partir d'un constat rationnel et/ou statistique. La hiérarchisation d'une société passe par la politique à partir d'un constat sur la population, sur la géographie etc... Maintenant l'idéologie peut être effectivement placée dans le cadre de la croyance, mais ce n'est pas de la politique Wink

Deuxième point fort intéressant (et merci encore pour ton intervention): je cite toujours Kenkaille: "Pour ce qui est de la violence, il y a une différence entre la violence gratuite et celle qui sert justement à démontrer quelque chose".

La violence ne démontre rien, elle est la manifestation de la déconstruction de quelque chose (dixit perdre son sang froid et s'énerver par ex.). Elle n'est rien d'autre. Référons nous encore à l'histoire: la théorie de l'exemple (sous Danton et Robespierre me semble t- il, à vérifier) n'a pas servit à démontrer quoique ce soit. Sensée limiter les crimes avec des exécutions violentes publiques, elle n'a fait qu' amplifier le phénomène. La violence ne rentre pas dans le Logos (la rationalité), elle n'est pas construite et intelligible, aucunes démonstrations ne peut en découler.

J'aime beaucoup ce genre de discussion, je suis loin, très loin de maitriser tous mes sujets aussi toutes les interventions sont les bienvenues. Merci à Barbarian et Kenkaille pour leur lecture et leur intérêt :)





Revenir en haut Aller en bas
Kouleuvre Khan
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : marécage de Tar
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-07, 04:14

barbarian a écrit:
Quelqu'un de mature, adulte/ado, intelligent, peut lire ou regarder n'importes quelles oeuvres morales, ou immorales, puisqu'il a les outils intellectuels pour comprendre ,discerner et interpréter le contenu.

...sans oublier le développement émotionnel, la maîtrise de ses propres affects chez l'enfant.  
En France, on a cru que doter Ken le survivant d'un doublage loufoque allait en atténuer le propos. Erreur, non seulement on a dénaturé cette oeuvre, mais en plus les dialogues fantaisistes en total décalage avec les images, loin de relativiser l'ultraviolence, achèvent de donner à l'ensemble une touche cynique très malsaine pour des mômes, qui peinent à distinguer la part des choses, qui manquent du recul propre aux adultes maîtres de leurs affects.

Au cinéma, on avait commis la même erreur avec un film comme Small Soldiers de Joe Dante, qu'on avait vendu à tort comme un film destiné aux enfants, aux Etats-Unis comme en Europe, avec jouets de fast-food et pubs dans Mickey.
Violente satire sociale, réflexion sur le bellicisme de l'industrie du jouet pour garçon de la fin du XXème siècle, les gosses ne sont pas assez experts en second degré pour en décrypter les codes.
Je vous recommande ce film (à vous mais pas à vos jeunes enfants) qui traite d'un sujet cher à ce forum. Comment ne pas y voir une moquerie à l'égard d'une gamme de jouets comme He-Man New Adventures, où les héros sont tous de gentils Humains, les Protecteurs galactiques (les Américains) qui font le "guerre juste" pour sauver la galaxie (le monde libre) des méchants Mutants de l'espace (les étrangers). Dans le film, les Mutants que l'on vend comme les vilains, s'avèrent de douces créatures pacifiques, et les Humains, des va-t-en-guerre sans scrupules.

Pour ma part, je crois que d'une manière générale, la violence au cinéma, dans les jeux vidéo, peut s'avérer bénéfique chez un adulte qui a achevé son développement cognitif, en servant d'exutoire aux frustrations, de ventilation, en quelque sorte une soupape de sécurité après une sale journée au bureau.
Mais d'autre part, la banalisation d'une violence réaliste nous conditionne et anesthésie notre capacité à l'empathie des lors que ça se passe derrière l'écran. L'autre jour, je me suis reproché d'avoir regardé froidement des archives historiques où des criminels de guerre étaient fusillés. Non seulement ça, mais j'ai également ressenti une part de curiosité morbide et de plaisir coupable. Voilà pourquoi je ne comprends pas ceux qui visionnent allègrement les vidéos de victimes décapitées par les djihadistes. Pourraient-ils assister à ses scènes dans la réalité? J'en doute.
Mais le fait que l'on ait tellement regardé de fausses scènes de décapitation au cinéma nous blinde quelque peu émotionnellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenkaille
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 212
Age : 40
Localisation : Eternia
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-07, 08:30

Nicko a écrit:


@ Kenkaille: je cite  "La politique est une croyance".
Tu confonds idéologie, croire en ses idées et l'organisation d'une société. Historiquement tu as déjà la réponse: la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Ce sont deux choses bien distinctes dans le processus. La politique au sens large, et qui pourrait donc s'appliquer à une entreprise, est le fait d'organiser une action à partir d'un constat rationnel et/ou statistique. La hiérarchisation d'une société passe par la politique à partir d'un constat sur la population, sur la géographie etc... Maintenant l'idéologie peut être effectivement placée dans le cadre de la croyance, mais ce n'est pas de la politique Wink

Deuxième point fort intéressant (et merci encore pour ton intervention): je cite toujours Kenkaille: "Pour ce qui est de la violence, il y a une différence entre la violence gratuite et celle qui sert justement à démontrer quelque chose".

La violence ne démontre rien, elle est la manifestation de la déconstruction de quelque chose (dixit perdre son sang froid et s'énerver par ex.). Elle n'est rien d'autre. Référons nous encore à l'histoire: la théorie de l'exemple (sous Danton et Robespierre me semble t- il, à vérifier) n'a pas servit à démontrer quoique ce soit. Sensée limiter les crimes avec des exécutions violentes publiques, elle n'a fait qu' amplifier le phénomène. La violence ne rentre pas dans le Logos (la rationalité), elle n'est pas construite et intelligible, aucunes démonstrations ne peut en découler.




Effectivement, j'aurais du dire que l'idéologie est une croyance (Dans un métier technique, on finit avec le temps par mieux maîtriser la clé à molette que les mots).

En elle même la violence ne démontre rien, personnellement, je trouve que Dragon Ball Z ne démontre pas l'absurdité de la violence etc..

Par contre, je vais être un peu long pour préciser ma pensée

Aujourd'hui, j'imagine très bien le prince Actarus (De Goldorak, je précise au cas où) comme un pacifiste jusqu'au boutiste voulant à tout prix préserver la paix entre Euphor et l'empire de Véga. Allant jusqu'à accepter des fiançailles avec la fille du grand stratéguerre afin de sauver la paix. Je le vois dans un esprit presque "Munichois", dans le sens où il est près à tout pour sauver la paix.

Malgré tous ses efforts, la guerre survient. Il se retrouve confronté à la réalité de la politique d'un empire belliciste. Certainement, qu'il comprend son erreur de ne pas avoir écouter des gens plus réalistes qu'il considéré comme des va t'en guerre.

La force des choses l'oblige à devenir ce qu'il n'a jamais voulu être : un guerrier. Cependant, malgré la supériorité de Goldorak (qui dans la version japonaise est une production militaire de Euphor et pas de l'empire de Véga), il ne parvient pas à sauver la population civile qui est massacrée sous ses yeux. Ce qui apparaît à mes yeux comme une seconde blessure psychologique pour Actarus : après qu'il est réalisé la bêtise de sa crédulité, il en voit les conséquences terribles sur des innocents.

Actarus s'enfuit afin de ne pas laisser Goldorak au mains de Véga, finissant d'apparaître comme un lâche aux yeux des survivants réduis en esclavage par l'empire de Véga.

Actarus se réfugie sur terre, Véga le retrouve. Le dessin animée est rempli de la culpabilité que ressent Actarus à l'idée que c'est à cause de lui qu'ils sont venues sur terre. Il est habité par sa responsabilité de protéger la terre et d'empêcher Goldorak de tomber entre les mains de Véga.

On voit Actarus devenir un guerrier dans le premier épisode où vaincu par son adversaire celui-ci le pousse volontairement à le détruire. Toutefois, dans toute la série, Actarus apparaîtra toujours comme un poète qui est forcé de faire la guerre et de tuer.

Pour moi, le traitement qui est fait autour de la violence, m'a fait découvrir, enfant, l'horreur de la guerre. A une époque, où j'imaginais cela comme une glorieuse épopée.

Si on enlève la violence, alors le propos de Goldorak disparaît. Si l'empire de Véga n'est plus un empire oppressif, violent et totalitaire alors le cheminement d'Actarus n'a plus de sens, ses souffrances morales sont ridicules. Actarus est violent et tue sans pitié car il doit défendre les faibles, il ne peut avoir de considération sur les motifs qui pousse son adversaire à se comporter de manière hostile (qui parfois son justifié : libérer son propre peuple). Actarus à l'opposé de San Go Ku, déteste se battre mais il doit le faire par obligation morale.

La violence en elle même ne démontre rien, mais ce qui pousse Actarus, les chevaliers du zodiaque ou même Ken le survivant que je connais mois bien, a être extrêmement violent n'est pas de la même nature que la violence de leurs adversaires. Ces dessins animés nous retirent de notre confort du le bien c'est la non-violence et le mal la violence.

En ce qui me concerne, tout dépend du traitement fait autour de la violence : comment elle est présenter, est-ce qu'elle est nécessaire au traitement et à l'atmosphère du sujet etc...
La violence, en elle-même, ne démontre rien mais sers à appuyer une démonstration faîte parallèlement. Elle est un élément qui sert à comprendre la souffrance du héros. Sinon, c'est juste du « beat'em all » ou une production commerciale destinée à en vendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouleuvre Khan
Maître d'armes
Maître d'armes


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : marécage de Tar
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-07, 21:32

La violence, tant qu'elle est est au service d'une histoire, peut servir à expurger les passions qui peuvent s'avérer très nocives quand elles sont refoulées. C'est, selon Aristote, la fonction de la tragédie. A ce titre, il parle de catharsis. L'expression symbolique des pulsions violentes qui trouve un aboutissement dans la fiction.

Oui, les meurtres, les trahisons, les injustices, les dilemmes insolubles... ont toujours été au cœur des mythes et des tragédies antiques. Les enfants comprennent très tôt que le mal existe, qu'il est consubstantiel à la société, quitte à ce qu'ils se représentent le monde de manière manichéenne. Ils ont toujours aimé joué à la guerre, et jouer à tour de rôle le "méchant" peut s'avérer bénéfiquement transgressif et contribuer à l'affirmation de leur personnalité. Voilà pourquoi je trouve hypocrite d'avoir voulu bannir le mot "guerre" des génériques d'anime japonais alors que ce mot est prononcé à longueur d'épisode.

Quant à Goldorak, malgré le tragique de certaines scènes, le visage effrayant d'un Grand Stratéguerre ou d'un Minos ainsi que le réalisme de personnages tels qu'Actarus ou Procyon, les bouffonneries et le look cartoonesque de Rigal ou Mizar viennent constamment rappeler à l'enfant que l'on évolue dans un dessin animé fait avant tout pour divertir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 01:11

kenkaille a écrit:


Effectivement, j'aurais du dire que l'idéologie est une croyance (Dans un métier technique, on finit avec le temps par mieux maîtriser la clé à molette que les mots)

Je t'en prie, tu maitrises en tout cas le sujet Goldorak, c'est un plaisir de te lire et très intéressant. Je me suis permis de relever la nuance sur les termes Politique et Violence non pas pour jouer au professeur; un raisonnement est composé de concepts et de notions: c'est essentiel qu'ils soient précisément identifiés et définis pour que l'ensemble soit cohérent. En tout cas merci pour ton analyse sur Goldorak


@ Kouleuvre: Merci également pour ton intervention, c'est super intéressant!  bounce

La notion de violence, qui est la manifestation de la déconstruction, peut - elle être perçue comme un outil (qui par essence sert à construire)? Ca mériterait quelques lignes  study
Revenir en haut Aller en bas
barbarian
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 1657
Localisation : ouest
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 13:41

Nicko a écrit:
Je vais essayer de synthétiser, peut- être me suis - je mal exprimé, çà me semblait pourtant clair :)

@ Barbarian: Je dis deux choses:

- 1 le problème de fond n'est pas lié à la capacité de l'audit à traduire ou analyser l'information. D'où mon exemple sur l'œuvre de Pagnol qui, je le pensais, aurait été compris.


C'est un petit peu condescendant tout de même ... Wink 


Nicko a écrit:
Ce qui n'est pas acceptable c'est un ministère avec un budget qui analyse des dessins animés comme si un risque tragique existait alors que l'éducation tombe en décrépitude, voir devient même mortifère. Je suis assez clair je pense? 

Oui, et toujours un peu condescendant mais ton expérience dans l'éducation national semble t'avoir presque traumatisé... Tu peux nous en dire un peu plus? 

Nicko a écrit:

Donc oui les mangas et dessins animés issus de l'univers Nippon sont violents: c'est culturel.

Ce raccourcis sur la culture japonaise m'étonne de ta part. 


Mais merci pour le débat Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acrimed.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 18:31

Condescendant? justement tu me connais peu ou mal :)
Relis moi plus haut, relis mes MP qui t'étaient destinés, relis mes articles Wink


Traumatisé? Non je te rassure, j'ai été très très épanoui avec les enfants flower  Diagnostiquer un disfonctionnement ne relève pas du traumatisme (pas de condescendance je précise)

Raccourcis? il y a une démonstration une ligne juste avant.  (tjrs pas de condescendance  lol)


Dernière édition par Nicko le 2014-10-08, 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
barbarian
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 1657
Localisation : ouest
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 20:18

barbarian a écrit:
Nicko a écrit:
Je vais essayer de synthétiser, peut- être me suis - je mal exprimé, çà me semblait pourtant clair :)

@ Barbarian: Je dis deux choses:

- 1 le problème de fond n'est pas lié à la capacité de l'audit à traduire ou analyser l'information. D'où mon exemple sur l'œuvre de Pagnol qui, je le pensais, aurait été compris.


Nicko a écrit:
Ce qui n'est pas acceptable c'est un ministère avec un budget qui analyse des dessins animés comme si un risque tragique existait alors que l'éducation tombe en décrépitude, voir devient même mortifère. Je suis assez clair je pense? 

Pas condescendant mais un peu professoral alors? Déformation professionnelle peut-être? 

Non en effet on ne se connaît pas Nicko. On ne connaît personne derrière un écran, d'où de multiples interprétations possibles faces aux écrits de chacun Wink 

C'est comme ça que je le ressent en te lisant par moment, petits agacements face à certains profs durant mon parcours scolaire peut-être scratch  

Désolé les MP je n'en garde pas albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acrimed.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 20:33

No soucis, je te présente mes excuses si j'ai pu te paraitre rabaissant. C'est clairement pas le genre de la maison :) Je suis enseignant dans le domaine privé aujourd'hui Wink
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Capitaine de la garde de l'Eternia Antique


Nombre de messages : 3274
Age : 41
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 21:53

M'enfin Nicko !!!! faut jamais rabaisser un p'tit mec comme Barbarian

Tout au plus lui tapoter la tête ... Basketball

_________________

Signez la pétition pour soutenir la production de Snake Mountain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.latourdesheros.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   2014-10-08, 22:15

Je peux lui tapoter sur les fesses!!!????

Sincèrement encore une fois c'est pas le genre de la maison (de tapoter sur les fesses si par contre! ) :) Mais j'adore discuter sur des thèmes avec des questionnements de fonds etc... C'est passionnant et parfois ce qui nous semble logique ne l'est pas nécessairement pour d'autre. Il peut y avoir incompréhension, interprétation... Une chose est sure, c'est que je respecte toujours mon interlocuteur, et comme le souligne le Barbare, l'écrit ne reflète pas toujours le ton. Débattre c'est difficile. Donc re mea culpa si j'ai pu offenser

J'adore écrire aussi beaucoup de bêtises, et en dire! C'est l'autre aspect de ma personnalité, un peu (bcp) couillon comme on dit dans le sud D'ailleurs Hadès tu vas me donner ton slip pour ma collection!! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les émissions jeunesses des années 80   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les émissions jeunesses des années 80
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les émissions jeunesses des années 80
» les emissions de jeunesse
» Le top 5 de vos émissions préférées dans votre jeunesse
» Programme des émissions philatélique année 2014
» LES PLUS BELLES COLLECTIONS JEUNESSES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Maîtres de l'Univers :: FORUM de l'Eternia Antique :: Questions & Réflexions Métaphysiques-
Sauter vers: